The Guizot Prize of the Académie Française

Le palais de l'Institut, siège des 5 académies.

En décembre 1871, le grand prix biennal de l’Institut, doté de vingt mille francs, dont le premier lauréat avait été Adolphe Thiers en 1861, fut décerné à Guizot à l’initiative de l’Académie française. Ce dernier remercia par une lettre en ces termes :

“Les lettres ont vraiment des récompenses sans pareilles pour ceux qui, après s’être associé à leur culte avec les confiantes ambitions de la jeunesse, viennent à la fin d’une vie agitée leur demander un repos digne au sein d’un travail toujours si doux.”

Guizot employa la somme ainsi reçue à la dotation d’un prix triennal destiné à récompenser un ouvrage relatif à un auteur ou une œuvre de littérature française : Le prix Guizot de l’Académie française, qui existe toujours, fut ainsi attribué pour la première fois en 1875.

Anne d'Ornano

Anne d’Ornano, Président du Conseil général du Calvados

En 1993, à l’initiative conjointe de Madame d’Ornano, Président du Conseil général du Calvados, du grand historien François Furet, plus tard de l’Académie française, et de l’Association François Guizot qui regroupe des descendants de l’homme d’État Le prix Guizot-Calvados fut créé pour commémorer François Guizot, député du Calvados de 1830 à 1848. Décerné tous les deux ans, ce prix récompense un ouvrage d’histoire, d’étude des sociétés ou d’analyse politique, accessible à un large public.

A l’occasion de sa création au Val-Richer, le 24 septembre 1993, François Furet déclarait :

“Ce prix est au confluent de plusieurs fidélités : la fidélité de l’admirable famille […] la fidélité que la Normandie témoigne à ses grands hommes […] la fidélité de la communauté des historiens et intellectuels français qui, depuis une quinzaine d’années, redécouvre Guizot.”

François Furet, président du jury, et Sylvie Boissonnas, descendante de Guizot.

François Furet, président du jury, et Sylvie Boissonnas, descendante de Guizot.

Téléchargez le discours de François Furet, Président du jury.